La ministre de la Modernisation de l'Administration et de l'Innovation du Service Public Raymonde Goudou, fille de Toumodi, et ex-ministre de la santé s'est engagée personnellement à sensibiliser les femmes de cette localité en ce qui
concerne le cancer du sein.  Aussi, le jeudi 31 octobre dernier, sur l'esplanade de la mairie de ladite ville, elle a convié 1500 femmes rurales, pour leur parler en long et en large de cette maladie. Il faut signaler qu'à cette importante rencontre l'on pouvait noter les présences de docteur Améthier Solange qui représentait la ministre de la famille, de la femme et de l'enfant, de la sénatrice du Bélier Tamini Adjoua N'Go Louise, du corps préfectoral, de madame Diop représentant le maire de Toumodi, des chefs coutumiers et des chefs religieux. La ministre a expliqué aux femmes rurales la nécessite de détecter le plus tôt possible le cancer pour pouvoir le traiter et en guérir, car le contraire s'avère fatal. Goudou Raymonde a indiqué à ses soeurs que le fait de les avoir déplacées alors qu'elles devraient en principe être en train de labourer leurs champs sera compensé avec des dons de matériels agricoles pour l'amélioration de leurs récoltes. Séance tenante, un membre de la délégation de la collaboratrice du président Alassane Ouattara, en l’occurrence docteur Jean Eudes M'Baima a fait un cours magistral sur le cancer du sein et a expliqué aux femmes certains comportements pour éviter cette maladie. Après quoi, Goudou Raymonde a pris le pari de faire baisser le taux du cancer du sein  et du cancer de l'utérus à Toumodi. En outre elle a invité ses sœurs à aller se faire palper les seins à l'hôpital et celles qui présenteront des signes, celles-là, elle les prendra en charge personnellement.
 
Propos recueillis par Sosthène

La caravane régional de sensibilisation à la sécurité routière et d'incitation au port du casque initiée par la direction régionale du transport de Gbêkê a démarré le mardi 15 octobre 2019 à la salle de mariage de la mairie de Béoumi. Cette

Une mission de sensibilisation et d’information sur la délimitation des territoires villageois envoyée par l’Agence foncière rurale (AFOR) était à Sinfra, vendredi, pour rencontrer les populations.  Cette rencontre a été placée sous la

Suite aux recommandations des Etats généraux de la jeunesse tenus les 9, 10 et 11 janvier 2019 appelant à une amplification des messages de prévention et de sensibilisation contre les fléaux qui minent la jeunesse, le ministère de la 
Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes à travers la direction de la Protection des jeunes et en collaboration avec les systèmes des nations unies viennent de lancer une campagne nationale contre la consommation de l’alcool et des drogues. 
La cérémonie de lancement de cette campagne nationale a eu lieu ce Lundi 3 Juin 2019 au lycée moderne d’Abobo. Cette initiative vise à apporter une « riposte appropriée » à la problématique de l’alcool et de la drogue en milieu jeune. 
La campagne se tiendra du 31 Mai au 30 novembre sur l’ensemble du territoire national. 

Il s’agira au cours de cette campagne de susciter chez les adolescents et les jeunes, un changement qualitatif et durable de comportement face à l’alcool et aux drogues, déterminants clés de la vulnérabilité. Pour l’année 2019, l’objectif est d’atteindre au moins 200 000 jeunes. 
Cette occasion a été saisie par le ministère pour exhorter la jeunesse ivoirienne à tourner aux mauvaises pratiques. « L’usage de l’alcool et de la drogue en milieu scolaire a pris de l’ampleur. Sur 1000 personnes interrogées, 69% des individus ont affirmé avoir été confrontés à la drogue. Parmi ces individus 45% ont avoué être des toxicomanes. Face à ces chiffres nous avons une responsabilité. Il apparait urgent d’unir nos forces pour agir », a souligné Mariame Traoré, chef de cabinet du Ministre Mamadou Touré. 

Elle a indiqué que si la jeunesse ivoirienne veut se positionner dans le concert des nations, il est important que ces jeunes soient d’une qualité irréprochable aux plans civique, moral, physique et intellectuel. Au risque de rendre vains les acquis du développement, Mariame Traoré exhorte au renforcement des facteurs de protection de la jeunesse. « Si nous n’avons pas une jeunesse qui réponde à ces critères, les acquis du développement obtenus seront vains », reste-elle convaincue avant d’appeler à la vigilance la communauté et les parents. « Il faut accorder une oreille attentive à nos enfants afin de déceler leurs besoins et anticiper les risques d’une conduite addictive et autres comportements déviants. 
Avant elle, Emmanuel N’Guessan Edima, président du conseil national de jeunes (CNJ) a engagé sa structure pour l’atteinte des objectifs de cette campagne. Il a promis de jouer sa contribution en amplifiant les messages de sensibilisation.

 @source:Ministères

More Articles...